Aidons Google à piller notre littérature

Google Books a été lancé en 2004 et compte plus de quinze millions de livres numérisés. Sauf que nous contribuons tous à remplir la plus grande bibliothèque numérique du monde.
20111020-081412.jpg

L’histoire
Tout commence en 2009 lorsque Google rachete reCaptcha, une start-up spécialisée dans les captchas, ces petites images à déchiffrer pour confirmer une identification.

20111020-081455.jpg

La réalité
Un captcha est composé de deux mots.
Le premier est un mot « test » utilisé pour vérifier si vous êtes un humain ou une machine.
Le second est en réalité un mot contenu dans un livre numérisé que Google n’est pas parvenu à déchiffrer. Soumis à de nombreux utilisateurs, ce mot est enregistré par l’algorithme Google au bout de plusieurs réponses identiques de façon à ce que, par la suite, le système puisse plus facilement le reconnaître.

C’est ainsi que nous, petits internautes, nous contribuons involontairement à parfaire la numérisation des livres de Google Books. Et selon le magazine américain Science, si tous les captchas utilisées sur la toile étaient mis à profit, nous pourrions retranscrire environ 160 livres par jour.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s