Maso un entrepreneur ?

Une évidence : ceux qui avancent le plus vite sont aussi ceux qui savent « se faire mal ». Peu d’entrepreneurs ont réussi sans être passés par des phases assez dures de doute, de labeur intense ou de remise en question, le tout accompagné par des travaux plus que forcés.
20110912-081403.jpg

Attention, il ne s’agit pas d’écrire que créer une entreprise est un sacerdoce. Ni que surmonter les obstacles demande de travailler 26 heures par jour quand 18 suffisent…. Non, le propos est simplement de montrer qu’il faut parfois se forcer à avancer quand l’envie est ailleurs.
Car, finalement, personne ne vous attend. Personne ne veut de vos produits ou services si innovants : vous n’êtes qu’une énième proposition parmi tant d’autres, rien de plus !

Alors, voici un petit panel de techniques pour se re-motiver.

Avancer, coûte que coûte
C’est pour cela que l’on se lève le matin, que l’on décroche son téléphone, que l’on agit malgré tout. Alors, quand l’envie n’est pas là, que se mettre au travail est difficile, commencez par vous motiver mentalement en visualisant l’objectif à atteindre. Et si l’énergie tarde à venir, passez au stade supérieur : devenez votre propre boss et engueulez-vous !

Ramer entre exaltation et désespoir
Le propre de la création d’entreprise est de nous emmener sur une vraie montagne russe des émotions. On peut rapidement se complaire dans les phases de découragement : « le destin est contre nous, alors pourquoi continuer à s’acharner, à travailler encore et encore ? ».
Si vous commencez à baisser le rythme, vous êtes perdus. Serrez les dents, rentrez les épaules et en avant !

Se congratuler
Lors d’une baisse de motivation, personne n’est là pour vous obliger à avancer. Travail bien fait ou travail non fait ne regarde que vous.
Alors, à chaque fois que vous réussissez à faire un effort, arrêtez-vous un instant pour regarder le chemin parcouru. La fierté d’avoir dépassé vos limites dans un moment difficile sera votre meilleur moteur pour la prochaine baisse de moral. Vous forgerez votre capacité à vous « faire mal » et votre mental de vainqueur.

Apprendre de ses erreurs
L’entrepreneur fait constamment des erreurs ; entreprendre est d’abord explorer les terres inconnues des autres.
Vous avez tenté et échoué ? Votre ego en a pris un coup et cela fait mal ? Tant mieux ! Cette douleur vous permettra de vous souvenir de votre erreur et de ne pas recommencer la prochaine fois.
Garder quelques minutes dans la semaine pour faire la liste des choses que vous vous reprochez. Cette séance d’autocritique, que vous pouvez filmer ou prendre en note, vous apprendra à identifier vos errances et à ne plus les reproduire.

Se regrouper
Se faire mal seul a ses limites, et finalement, on en vient à apprécier le partage de l’effort. Recherchez des gens pour vous aider, entourez-vous de personnes qui partagent ces valeurs de sueur et de sang, mais aussi une bonne vision de votre projet…

En résumé
L’entrepreneur est comme un athlète. Il a besoin de se faire violence pour avancer, et reconnaître quand il a tord.
Avez-vous déjà discuter avec un sportif de haut niveau ? C’est étonnant les points communs que vous vous trouverez sur la gestion de l’effort, des doutes et de la performance.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s